Kaléidoscope : Introduction au numéro thématique « Des ressources physiques aux ressources psychologiques et sociales » / Antonia Csillik et Charles Martin-Krumm

Le terme ressource vient de l’ancien français « ressource » et renvoie à un secours ou à quelque chose que l’on utilise en cas de besoin. Cette définition, qui définit un moyen, est suffisamment flexible pour s’appliquer à un grand nombre de situations. On parle tout autant de ressources environnementales que de ressources individuelles, ou encore de ressources au niveau d’une communauté. Ces ressources peuvent être aussi bien matérielles qu’immatérielles, physiques que mentales voire morales. C’est donc davantage la fonction qui définit la ressource, quelque chose que l’on utilise en cas de besoin, ou alors simplement une ressource latente qui sécurise celui ou celle qui la possède. On conçoit assez spontanément que ces ressources soient importantes, voire fondamentales. Pour autant, rien n’indique que chacune mène au bien-être voire au bonheur de manière équivalente. Quelle est l’influence des ressources en tous genres sur le bonheur des individus ? Se font-elles ressentir par leur présence ou seulement par leur absence ? Comment les conceptualiser et éventuellement les mesurer ? Sans prétendre épuiser le sujet, ce sont ces quelques questions auxquelles ce numéro se propose d’apporter des réponses. Les ressources y sont tour à tour psychologiques, sociales ou environnementales, et évaluées dans des contextes et populations très différents.

Pendant longtemps, les travaux de recherche en psychologie se sont focalisés sur les ressources sociales et leurs effets protecteurs contre le stress. Dès 1995, Diener et ses collaborateurs ont complété ces modèles avec un accent mis sur leurs effets sur le bien-être. Ces derniers ont défini les ressources de manière assez large en termes d’objets ou de caractéristiques personnelles que les personnes possèdent et qu’elles peuvent utiliser afin d’accomplir leurs objectifs. Ces ressources aident les personnes à accomplir leurs besoins physiques et psychologiques et à développer, par la suite, un sens de compétence ou de maîtrise. Des modèles plus complexes ont complété ces premiers, dont celui de Carl Rogers (1954) et ceux qui sont issus de la psychologie positive. Un modèle intégratif des ressources psychologique a été proposé (Csillik, 2017, 2019). Les ressources psychologiques constituent des facteurs protecteurs qui facilitent la résistance à l’adversité, ainsi que l’adaptation psychologique dans les situations difficiles de la vie. On distingue, d’une part, les ressources psychologiques, qui sont des facteurs internes, des prédispositions psychologiques que possède une personne, et d’autre part, les ressources environnementales extérieures, dont le soutien social. Ces ressources jouent le rôle de facteurs de protection, c’est-à-dire des facteurs qui tentent de réduire l’effet du stress et qui permettent à la personne de maintenir ses compétences dans des circonstances de détresse (Csillik, 2017, 2019).

L’objectif de ce numéro thématique est de mettre en perspective les résultats des sept articles sélectionnés, dans une perspective pluridisciplinaire autour de cette notion de ressource, tout en intégrant les dernières évolutions dans le domaine. Plusieurs axes thématiques tendent à émerger. En premier lieu, les ressources physiques sont mises en lumière à travers une notion nouvellement introduite en France : la « littéracie physique ». Ce premier article de Philip Jefferies (2020) traite donc des ressources physiques, qui ont été pendant longtemps ignorées dans la littérature. Il s’agit ici de mettre en évidence les effets de la littéracie physique, qui désigne la motivation, la confiance, la compétence physique, le savoir et la compréhension qu’une personne possède sur l’activité physique et qui lui permettent de valoriser et de prendre en charge son engagement envers l’activité physique pour toute sa vie (Whitehead, 2001, 2010), sur la résilience.

Les trois articles suivants portent sur le rôle des ressources psychologiques, telles que la notion de bienveillance, qui connait un franc succès dans la littérature depuis l’introduction de ce concept en 2003 par Neff. Dans le premier article Annie Paquet et Fabien Fenouillet (2020) proposent un éclairage sur les notions de gentillesse et de bienveillance, en faisant référence à la théorie de l’autodétermination de Deci et Ryan (2004) et à la psychologie des valeurs de Schwartz (2006) avec une proposition originale des définitions de la gentillesse et de la bienveillance, ainsi que des perspectives sur leur possible relation. Fabien Bac et Antonia Csillik (2020) présentent une étude clinique empirique évaluant les effets protecteurs de plusieurs ressources internes, telles que la disposition à l’attention consciente (mindfulness), l’intelligence psychologique, le sentiment d’efficacité personnelle et l’optimisme dispositionnel contre le burnout chez les soignants en soins palliatifs. Enfin, une troisième étude menée par Marion Karras, Antonia Csillik, Patricia Delhomme et Fabien Fenouillet (2020) explore le rôle protecteur de l’empathie, en tant que ressource facilitatrice des relations humaines, qui favoriserait les comportements prosociaux et inhiberait l’agressivité des comportements routiers. L’empathie serait donc une ressource protectrice des automobilistes, ce qui pourrait ouvrir des pistes de recherche intéressantes pour la prévention des risques routiers.

Les ressources extérieures à la personne telles que les ressources sociales et celles qui sont environnementales, dont principalement la nature, sont explorées dans trois études. Dans une première étude de Amandine Junot et Yvan Paquet (2020), l’exposition à la nature est conçue comme un vecteur du bien-être humain, dans le sens où elle favoriserait la construction de ressources mises en jeu dans la hausse de la vitalité. À l’aide des théories de la restauration de l’attention, de réduction du stress, des émotions et de l’autodétermination, cet article théorique explore les voies et mécanismes psychologiques impliqués, en approfondissant leurs relations afin de les intégrer dans un cadre théorique complet et unifié, permettant d’offrir une compréhension holistique sur la construction de ressources favorables à la vitalité en environnements naturels. Une étude expérimentale menée par Barbara Bonnefoy et Laure Léger (2020) a pour objectif de tester les effets restaurateurs de la nature sur les ressources attentionnelles. Un dernier article de Gaël Brulé, Marlène Sapin et Clémentine Rossier (2020) vient compléter les autres en apportant un éclairage des cadres théoriques et analytiques issus de la psychologie, de la sociologie ou des sciences politiques sur la question des ressources externes et notamment celle des ressources relationnelles et sociales stratégiques en lien avec le bien-être subjectif des personnes. En conclusion, ce numéro thématique propose une série d’études empiriques et d’articles théoriques qui sont en faveur de cette vision organismique de l’être humain telle que postulée par Rogers et Dymond (1954), avec des interconnexions et interdépendances des ressources physiques, psychologiques, sociales et environnementales. Ces quelques éléments nous montrent que la ressource est un prisme explicatif pertinent pour questionner le bonheur, une herméneutique plastique et féconde. Pour autant, ces quelques chapitres soulèvent tout autant de questions qu’ils apportent de réponses. Des questions restent à explorer, comme celle des ressources dont disposent certaines populations particulières, telles que les adolescents ou les personnes âgées, ainsi que le rôle des ressources économiques, en lien avec la religiosité et la spiritualité etc. Peut-être, ces pans ouverts dans ce numéro seront l’objet d’un numéro futur.

Accès au texte intégral

#article

Physical literacy and resilience: The role of positive challenges / Philip Jefferies

Littératie physique et résilience : Le rôle des défis positifs

Abstract

Physical literacy is the competence to perform movement skills combined with the motivation, confidence, and understanding to value and take responsibility for engagement in physical activity across the lifespan. It has also been defined as the foundational attributes for beginning and maintaining physical activity, and therefore the capacity for an active lifestyle. The benefits of physical literacy include enhanced health through increased physical activity, and also improvements in confidence and participation, as individuals recognise their movement competencies and engage more fully with their environments. Growing recognition of the value of physical literacy has led to global drives to involve physical literacy in multiple sectors including broadening early childhood and elementary curricula to aid child development, with proponents arguing for it to be emphasised similarly to literacy and numeracy. In parallel, educators, health professionals, and policymakers, among others, are becoming increasingly interested in ways to build resilience. Rather than addressing potential vulnerabilities and weaknesses, resilience approaches promote fostering protective factors that help individuals experiencing adversity to avoid poor default trajectories and instead achieve positive outcomes (through recovery, adaptation, or transformation). This paper explores links between the two desirable and promising constructs of physical literacy and resilience, considering their conceptual interplay and the shared notion of engaging ‘positive challenges’ that may be essential for nurturing important resources when facing subsequent adversity. This connection provides the base for further robust empirical studies that involve both physical literacy and resilience and for the development of holistic resilience programme development.

Keywords: Physical literacy; Resilience; Challenge; Adversity; Movement; Physical education; Curriculum.

Résumé

La littératie physique est la compétence des individus pour exécuter des mouvements, aptitude combinée à la motivation, à la confiance en soi et à la compréhension nécessaires pour valoriser et assumer la responsabilité de s’engager dans une activité physique tout au long de la vie. Elle a également été définie comme les attributs fondamentaux pour commencer et pour maintenir une activité physique, et donc la capacité à adopter un mode de vie actif. Les avantages de la littératie physique comprennent à la fois une amélioration de la santé grâce à une activité physique accrue, ainsi qu’une amélioration de la confiance en soi et de la participation aux pratiques sportives, car les individus reconnaissent leurs compétences à effectuer les mouvements et les intègrent plus pleinement dans leur cadre de vie. La reconnaissance croissante de la valeur de la littératie physique a conduit à des initiatives mondiales visant à l’introduire dans de multiples secteurs, y compris scolaire avec l’élargissement des programmes dispensées durant la petite enfance et ceux du cours élémentaire, afin d’aider au développement de l’enfant. Les partisans de la littératie physique plaident pour qu’elle soit considérée de la même manière que la littératie et la numératie. Parallèlement, les éducateurs, les professionnels de la santé et les décideurs politiques, entre autres, s’intéressent de plus en plus aux moyens de renforcer la résilience. Plutôt que de s’attaquer aux vulnérabilités et faiblesses potentielles des personnes, les approches fondées sur la résilience favorisent la promotion de facteurs de protection qui aident les personnes confrontées à l’adversité à éviter de s’engager dans des trajectoires de vie négatives et à obtenir des résultats positifs (par le biais du rétablissement, de l’adaptation ou de la transformation). Cet article explore les liens entre ces deux concepts prometteurs que sont la littératie physique et la résilience, tout en tenant compte de leurs interactions conceptuelles et de leur notion commune qui est de s’engager dans des « défis positifs » qui peuvent être essentiels pour nourrir des ressources importantes face à l’adversité ultérieure. Ce lien fournit la base pour d’autres études empiriques robustes qui impliquent à la fois la littératie physique et la résilience et soutient le développement de programmes holistique de résilience.

Mots-clés : Littératie physique ; Résilience ; Défi ; Adversité ; Mouvement ; Éducation physiques ; Curriculum.

Accès au texte intégral

#article

Gentillesse et bienveillance comme ressources psychologiques / Annie Paquet et Fabien Fenouillet

Kindness and benevolence as psychological resources

Résumé

Cet article propose un éclairage théorique des notions de gentillesse et de bienveillance en mêlant la théorie de l’autodétermination de Deci et Ryan (2014) et la psychologie des valeurs de Schwartz (2006). À partir d’une revue de littérature de ces concepts appartenant au sens commun, une proposition personnelle des définitions de la gentillesse et de la bienveillance, ainsi que de leur relation, est faite. Après une exploration des bénéfices respectifs de la gentillesse et de la bienveillance, ces deux notions sont envisagées comme ressources psychologiques individuelles avec des évidences empiriques en ce sens pour la gentillesse et le constat de la nécessité de recherches supplémentaires pour la bienveillance.

Mots-clés : Gentillesse ; Bienveillance ; Valeur ; Motivation ; Théorie de l’autodétermination ; Ressource psychologique.

Abstract

This article clarifies the notions of “kindness” and “benevolence” by combining the self-determination theory of Deci and Ryan (2014) and the value psychology of Schwartz (2006). Based on a literature review of kindness and benevolence, their relationship and respective benefits is explored. Then, a proposal is made to define the two concepts based on their unique underlying motivations. While empirical evidence supports recognizing kindness as a psychological resource, more research is needed to recognize benevolence as such.

Keywords: Kindness; Benevolence; Value; Motivation; Self-Determination Theory; Psychological resource.

Accès au texte intégral

#article

Les ressources psychologiques, facteurs de protection pour les soignant·e·s confronté·e·s à la fin de vie ? / Fabien Bac et Antonia Csillik

Are psychological resources protective factors for caregivers facing end of life in palliative care settings?

Résumé

Le syndrome d’épuisement professionnel, ou burnout, apparait comme un phénomène majeur de société dans les années 80. Dès l’émergence de ce concept, les professionnel·le·s au contact des malades ont été considérés comme parmi les plus à risque, en particulier celles et ceux confronté·e·s de façon récurrente à la mort de patient·e·s. Si les facteurs précipitant ou favorisant l’épuisement professionnel, le stress et l’anxiété des travailleurs et travailleuses ont été largement étudiés dans la littérature, très peu de travaux, dans un contexte francophone, se sont intéressés aux ressources psychologiques de l’individu pour contenir l’épuisement professionnel. Tel est l’enjeu de cette étude, sur une population de soignant·e·s exposés de façon régulière à la mort de patient·e·s. Des mesures de l’anxiété et de la dépression, du burnout et de quatre ressources psychologiques (disposition à l’attention consciente, intelligence psychologique, sentiment d’efficacité personnelle et optimisme dispositionnel) ont été réalisées auprès de 31 personnels soignants en milieu hospitalier. Parmi les personnes interrogées, 42% étaient infirmiers ou infirmières, 23% aides-soignant·e·s et 19% médecins. De plus, 19% travaillaient en Équipe Mobile de Soins Palliatifs (EMSP), 48% dans un service d’hospitalisation conventionnelle et 29% dans un service d’hospitalisation programmée. Des analyses de régression linéaire multiples ont été menées pour mettre en lien ces différentes variables. Le sentiment d’efficacité personnelle apparait comme un facteur protecteur contre la dépression (β = -.44, p < .01) et la disposition à l’attention consciente (mindfulness) comme un facteur protecteur contre l’anxiété (β  = -.48, p  < .01). Le niveau d’insight, une des dimensions de l’intelligence psychologique, apparait comme un facteur explicatif et protecteur contre une des dimensions de l’épuisement professionnel : la dépersonnalisation (respectivement : β = -.53, p < .01 et β = -.33, p < .05). La disposition à l’attention consciente favorise le sentiment d’accomplissement personnel (β = .47, p < .01). Finalement ces résultats invitent à s’intéresser aux ressources protectrices de la santé mentale de populations soignantes hospitalières, qui pourraient être ainsi cultivées dans une optique de prévention du burnout.

Mots-clés : Psychologie positive ; Ressources psychologiques ; Soignants ; Soins palliatifs ; Épuisement professionnel ; Dépression.

Abstract

Burnout is a major social phenomenon. Since the emergence of this concept in the 1980s, professionals in contact with patients were considered to be among the most at risk for burnout, especially those who repeatedly confronted patient death. Though antecedents to burnout have been widely studied in the literature, very little work has focused on workers’ resilience, the psychological resources internal to the individual that prevent burnout, in a francophone setting. The aim of this study is to investigate resilience in a sample of caregivers regularly exposed to patient death. Anxiety, depression, burnout, and four psychological resources (mindfulness, psychological mindedness, sense of self-efficacy, and dispositional optimism) was measured in 31 hospital caregivers. Among the sample, 42% were nurses, 23% assistant nurses, and 19% doctors. In addition, 19% worked in a palliative care team, 48% in a conventional hospitalization service, and 29% in a scheduled hospitalization service. Multiple linear regression analyzes were conducted to link these different variables. Sense of self-efficacy is a protective factor against depression (β = -0.44, p < .01), and mindfulness a protective factor against anxiety (β = -.48, p < .01). The level of insight, one of the dimensions of psychological mindedness, is an explanatory and protective factor against depersonalization, one of the dimensions of professional burnout (respectively: β = -.53, p < .01; β = -0.33, p < .05). Mindfulness promotes a sense of personal accomplishment (β = .47, p < .01). These results encourage us to cultivate the resilience of hospital healthcare populations in order to prevent burnout.

Keywords: Positive psychology; Psychological resources; Healthcare team; Caregivers; Palliative care; Burnout; Depression.

Accès au texte intégral

#article

L’empathie est-elle une ressource protectrice sur la route ? / Marion Karras, Antonia Csillik, Patricia Delhomme et Fabien Fenouillet

Is empathy a protective resource on the road?

Résumé

L’empathie serait une ressource facilitatrice des relations humaines dans la mesure où elle favoriserait les comportements prosociaux et inhiberait l’agressivité. Les objectifs de cette étude sont d’explorer les qualités psychométriques du Short-FTEQ, adaptation française du Toronto Empathy Questionnaire (TEQ) et d’investiguer le rôle protecteur de l’empathie dans les comportements routiers. À cette fin, 550 automobilistes ont rempli un questionnaire papier-crayon évaluant l’empathie et les comportements routiers. Corrélations et régressions hiérarchiques montrent que l’empathie prédit positivement les comportements de conduite prosociaux. Une analyse en clusters identifie deux groupes d’automobilistes : ceux dits « à risque faible » et ceux dits « à risque élevé », les seconds étant moins empathiques, rapportant moins de comportements prosociaux mais plus d’infractions, d’accidents et de points de permis perdus que les premiers. L’empathie serait donc une ressource protectrice des automobilistes ce qui pourrait ouvrir des pistes de recherche intéressantes pour la prévention des risques routiers.

Mots-clés : Empathie ; Comportements de conduite prosociaux ; Infractions ; Risque ; Ressources protectrices.

Abstract

Empathy facilitates human interactions since it promotes prosocial behavior and inhibits aggression. The aim of this research is to investigate the protective role of empathy in road behavior. To this end, 550 French motorists completed a questionnaire assessing road behavior and empathy, as measured by the Short-FTEQ, the French adaptation of the Toronto Empathy Questionnaire (TEQ). Correlations and hierarchical regressions showed that empathy positively predicts prosocial driving behavior. A cluster analysis distinguished two groups of motorists: “low-risk” and “high-risk,” the latter reporting less prosocial behavior while having more traffic violations and accidents. Therefore, empathy protects motorists: it promotes safe driving behavior and inhibits risky behavior. This study could open new research avenues in the prevention of dangerous driving behaviors and the promotion of road safety among high-risk populations such as reoffending drivers.

Keywords: Empathy; Prosocial driving behaviors; Violations; Risk; Protective resources.

Accès au texte intégral

#article

Un modèle intégrateur des effets vitalisants de la nature : La nature un environnement favorable à la construction des ressources / Amandine Junot et Yvan Paquet

An integrated model of vitalizing effects of nature: Natural environment as factor of resources

Résumé

Le bien-être des individus est un sujet important dans la société actuelle. Des nombreux travaux menés jusqu’à aujourd’hui, l’exposition à la nature a été vue comme un vecteur du bien-être humain, dans le sens où elle favoriserait la construction de ressources en jeu dans la hausse de la vitalité. Toutefois, dans les liens entre l’exposition à la nature et la vitalité, les mécanismes en jeu ont été très peu explorés. À l’aide des théories de la restauration de l’attention, de réduction du stress, des émotions et de l’autodétermination, ce travail cherche à mettre en avant les voies et mécanismes psychologiques impliqués, explorer et approfondir leurs relations afin de les intégrer dans un cadre théorique complet, unifié et ainsi offrir une compréhension holistique sur la construction de ressources favorables à la vitalité en environnement naturel.

Mots-clés : Nature ; Vitalité ; Restauration, Émotions positives ; Besoins fondamentaux ; Besoin d’appartenance à la nature.

Abstract

The well-being of individuals is an important subject in today’s society. From previous research, exposure to nature has been identified as a tool for increasing well-being and vitality. However, the mechanisms linking exposure to nature and vitality have not been well explored. Drawing upon directed attention, biophilia, broaden-and-build, and self-determination theories, this work proposes a unified theoretical framework to understand how exposure to nature can increase vitality.

Keywords: Nature; Vitality; Positive emotions; Restoration; Fundamental needs; Nature relatedness.

Accès au texte intégral

#article

Ressourcer son attention au contact de la nature / Barbara Bonnefoy et Laure Léger

Restoration of your attention in contact with nature

Résumé

L’objectif de cette étude est de voir si une vidéo présentant une scène liée à la nature permettrait de restaurer les ressources attentionnelles des individus venant de subir un stress. Pour évaluer cet effet restaurateur de la nature une expérience a été mise en place auprès de 52 participant·e·s, en utilisant le test ANT (Attention Network Test ; Fan et al., 2002) pour évaluer le niveau de ressources attentionnelles. Les résultats nous indiquent que le type de restauration (nature, urbaine, silence) a un effet différentiel sur les scores attentionnels (alerte, orientation et conflit) pour les participant·e·s qui ont été stressé·e·s. Plus précisément la restauration par la nature détériore le score de conflit, dans le sens d’un désengagement.

Mots-clés : Ressources attentionnelles ; Restauration ; Nature ; ANT ; Stress.

Abstract

The objective of this study is to investigate whether a video of a natural scene would restore the attentional resources of stressed individuals. To assess this restorative effect of nature on attentional resources, an experiment was done using the ANT among a sample of 52 participants (Attention Network Test; Fan et al., 2002). The results indicate that the type of restoration (nature, urban, or silence) has a differential effect on the three attentional scores assessed by the ANT (alert, orientation, and conflict) only for participants who were stressed. Contrary to results found in previous research, restoration by nature worsened the conflict score in the direction of a disengagement.

Keywords: Attentional ressources; Restoration; Nature; ANT; Stress.

Accès au texte intégral

#article

Ressources sociales et bien-être : Soutien social et accès à des ressources stratégiques dans 30 pays / Gaël Brulé, Marlène Sapin et Clémentine Rossier

Social resources and well-being: Social support and access to strategic resources in 30 countries

Résumé

Étudier le thème des ressources relationnelles requiert de mobiliser des cadres théoriques et analytiques issus de la psychologie, de la sociologie ou des sciences politiques. Plusieurs composantes se dessinent en rassemblant ces apports. Nous en retenons deux dans le cadre de cette étude, le soutien et l’accès aux ressources sociales stratégiques et tentons de voir comment elles sont liées au bien-être subjectif des personnes. Nous sous-divisons ces deux dimensions selon que ces ressources proviennent des cercles familiaux ou extrafamiliaux dans 30 pays à travers l’enquête ISSP (International Social Survey Programme). Nous analysons les contributions des formes de ressource sur le bien-être à travers des décompositions de Shapley. Soutien et accès stratégique aux ressources sont toutes deux liées de manière significative au bien-être subjectif. Le bien-être lié au soutien vient essentiellement du cercle familial alors que l’accès aux ressources stratégiques ne dépend pas de la source. De grandes disparités géographiques existent avec notamment une prépondérance plus grande du cercle familial pour les deux types de ressources dans les pays riches par rapport aux pays à bas et moyen revenus.

Mots-clés : Soutien social ; Ressources stratégiques ; Bien-être subjectif ; Décompositions Shapley.

Abstract

The study of the theme of relational resources requires the mobilisation of several theoretical and analytical frameworks from psychology, sociology and political sciences. There are several components that characterize them. We use two of them in this study, support and access to strategical resources. We aim at understanding how they relate to Subjective Well-Being (SWB). We divide them into depending on their sources, family and non-family circles in 30 countries in the ISSP (International Social Survey Programme). We analyse the contributions of these forms of relational resources using Shapley decompositions. Both dimensions are significantly related to SWB. The well-being drawn from support stems mainly from family circles whereas access to strategical resources is equally bound to family and non-family circles.  Wide geographical disparities are observable with a larger influence of the family circles in rich countries in comparison to low and middle-income countries.

Keywords: Social support; Strategical resources; Subjective well-being; SWB; Shapley decomposition.

Accès au texte intégral

#article

Recension de « Ils ont vécu le burn-out : Témoignages et conseils pour se reconnecter à soi » de Virginie Bapt et Agathe Mayer (Vuibert, 2020) / Thierry Nadisic

Il y a plusieurs façons pour un livre d’être utile : en nous informant sur un thème sociétal important et actuel, en nous racontant des histoires qui nous transportent, en nous donnant des conseils pratiques ou en nous aidant à nous retrouver. La rare qualité de ce livre est qu’il nous offre ces quatre bénéfices en même temps.

D’abord il apporte des réponses claires aux questions que nous nous posons sur le burn-out : d’où vient ce sentiment d’être atteint dans notre dignité, ce désintérêt pour ce que nous faisons et cette immense perte de sens ? Comment les personnes touchées et leur entourage en font l’expérience ? Comment en sortir ?

Ensuite il nous fait vivre dix histoires de burn-outs. Nous entrons dans l’intimité de Pierre, victime d’un patron manipulateur, de Jean-Yves, mis au placard, de Martin, boulimique de travail ou de Hannah dont le couple et l’activité sont en crise en même temps. Nous lisons comme des nouvelles à suspense ces témoignages recueillis par les auteurs tout en ressentant d’autant plus d’empathie que nous savons qu’elles sont vraies. Nous comprenons alors combien le burn-out, qui peut sembler être toujours la même chose, est en réalité à chaque fois une expérience singulière.

La plus grande utilité, sans doute, de ce livre est qu’il décrit avec clarté les mécanismes de reconstruction. Les témoignages eux-mêmes ne s’arrêtent pas aux difficultés : ils nous montrent la façon dont Martin a été sauvé par son amour pour la musique ou comment Alain, médecin qui ne prenait pas soin de lui-même, a appris à accepter ses vulnérabilités et à apprivoiser le temps. Surtout, il nous permet d’entrer dans le cabinet du psy : chaque témoignage d’une victime de burn-out est suivi par celui de son thérapeute. Nous découvrons la stratégie de soin suivie et la manière dont le patient a avancé vers la sortie. De nombreux conseils utiles ponctuent ces descriptions : prendre garde aux signaux d’alerte, choisir ses combats, se raccrocher à la vie… Enfin, ce qui rend la lecture de ce livre profondément satisfaisante, même si nous n’avons pas vécu de burn-out, c’est que nous sommes en permanence renvoyés à nous-mêmes. Qu’est-ce que nous ne voulons pas voir lorsque nous disons que nous n’avons pas le choix, qu’il faut continuer, même si c’est dur et que notre santé en pâtit ? Où sont nos priorités ? Quel type d’équilibre avons-nous construit dans notre vie ? Pouvons-nous apprendre à mieux respirer ?

Accès au texte intégral

#article

Recension de « Savourons le silence : Se reconnecter à soi quand le bruit détruit » de Émilie Devienne (Eyrolles, 2020) / Thierry Nadisic

Le nouveau livre d’Émilie Devienne, coach et romancière, est une jolie balade dans le silence. Nous y apprenons d’abord qu’il est un privilège pour 87% des français et que Paris est la deuxième ville européenne la plus bruyante après Barcelone. Nous y découvrons aussi son côté paradoxal : on le cherche autant qu’on le fuit, et pas seulement parce qu’on en a peur : il existe aussi un mauvais silence, celui du mari de Natacha Calestrémé, qui l’a blessée, et qu’elle décrit dans son Ted-X, cité utilement dans le livre. C’est celui que le psychologue pour couples John Gottman, auquel il est également fait référence, appelle le « mur de pierre » qu’on bâtit à deux pour le pire.

Ces précautions étant prises, nous sommes alors prêts pour accueillir le bon silence, vital pour la régénération de notre cerveau. C’est aussi celui que nous choisissons parce qu’il permet de nous occuper de nous, et à partir de là de nous relier à l’autre et à notre destinée. Il inspire, ouvre à la gratitude, aide à faire le point et favorise l’émergence de ce que nous n’attendons pas. Plus fondamentalement il nourrit notre savoir-être, en nous permettant de créer notre monde intérieur, puis notre savoir-faire en nous projetant, en confiance, vers le monde du dehors. L’autrice cite « le silence de Churchill » comme l’illustration exemplaire de ce double mouvement. C’est parce qu’il a su rester silencieux lorsque David Chamberlain a proposé de nommer Lord Halifax comme premier ministre que Winston Churchill a finalement obtenu le poste.

La dernière partie du livre nous fait parcourir huit chemins pragmatiques du silence. D’abord il faut savoir faire appel à lui en reconnaissant qu’il peut servir à tracer notre ligne de vie. Il nous est suggéré de nous référer au Ted-X de Susan Cain sur la « force des discrets » pour en savoir plus. Ensuite il est possible d’apprendre à repérer ses multiples et subtiles significations pour mieux l’expérimenter. La troisième voie consiste à nous rendre compte que c’est une ressource polluée et qu’il y a de nombreux moyens pour nous désintoxiquer. Alors nous pouvons aller au cœur du défi que le silence nous pose : comment apprivoiser toute la liste de peurs qu’il éveille ? Du vide au jugement en passant par le manque, l’absence, la solitude, l’abandon, le rejet et la remise en question ? Une piste fructueuse : nous exercer à la frustration. Les trois chemins suivants sont emprunts de douceur : nous servir de l’art, les peintures de Hopper par exemple, dont il disait qu’elles lui permettaient de dire sans mots ; nous délecter du moment présent comme lors d’une marche lente ; nous rappeler que la nature est faite d’un silence amical. Enfin, le huitième chemin est celui de la spiritualité, la voie royale étant bien sûr celle de la méditation, qu’elle soit Vipassana ou Zen. La fin de ce livre peut donc être le début d’un autre : que diriez-vous de continuer votre chemin avec un bon guide parmi tous ceux qui ont été écrits ces dernières années et de faire l’expérience bénéfique du silence de la pleine conscience ?

Accès au texte intégral

#article