Recension de « 21 leçons pour le XXIème siècle » de Yuval Noah Harari (Albin Michel, 2018) / Thierry Nadisic

Dans la continuité de « Sapiens » qui nous montre d’où nous venons et de « Homo Deus » qui éclaire notre avenir, j’ai aimé ce nouveau livre de Harari, l’historien au succès à présent planétaire, parce qu’il nous aide à saisir les enjeux du présent d’une façon nouvelle. Face à l’effondrement écologique et aux bouleversements technologiques, nos systèmes politiques libéraux sont en crise. Si la plus grande partie de ce que nous appelons aujourd’hui le travail est pris en charge par l’intelligence artificielle, qu’adviendra-t-il de tous ceux qui n’ont pas les compétences pour la créer et la gérer ? Les inégalités ont déjà explosé. Le recul de nos libertés organisé par des dictatures digitales devient également possible. Face à ces menaces globales, nos démocraties de marché peuvent-elles se réinventer sans sombrer dans le nationalisme ou les identités religieuses ? Il n’y a pas de réponse collective dans le livre à ces enjeux, mais une mise en lien originale entre notre Histoire commune et notre fonctionnement psychologique individuel. Cette connexion nous permet de repérer notre pouvoir d’agir. L’humilité, la compassion, la clarté face aux « fake news » et la conquête de notre libre arbitre par l’éducation et la souplesse mentale deviennent des ressources essentielles pour nous faire coopérer et construire le monde en nous libérant nous-mêmes.

Accès au texte intégral