Recension de « Savourons le silence : Se reconnecter à soi quand le bruit détruit » de Émilie Devienne (Eyrolles, 2020) / Thierry Nadisic

Le nouveau livre d’Émilie Devienne, coach et romancière, est une jolie balade dans le silence. Nous y apprenons d’abord qu’il est un privilège pour 87% des français et que Paris est la deuxième ville européenne la plus bruyante après Barcelone. Nous y découvrons aussi son côté paradoxal : on le cherche autant qu’on le fuit, et pas seulement parce qu’on en a peur : il existe aussi un mauvais silence, celui du mari de Natacha Calestrémé, qui l’a blessée, et qu’elle décrit dans son Ted-X, cité utilement dans le livre. C’est celui que le psychologue pour couples John Gottman, auquel il est également fait référence, appelle le « mur de pierre » qu’on bâtit à deux pour le pire.

Ces précautions étant prises, nous sommes alors prêts pour accueillir le bon silence, vital pour la régénération de notre cerveau. C’est aussi celui que nous choisissons parce qu’il permet de nous occuper de nous, et à partir de là de nous relier à l’autre et à notre destinée. Il inspire, ouvre à la gratitude, aide à faire le point et favorise l’émergence de ce que nous n’attendons pas. Plus fondamentalement il nourrit notre savoir-être, en nous permettant de créer notre monde intérieur, puis notre savoir-faire en nous projetant, en confiance, vers le monde du dehors. L’autrice cite « le silence de Churchill » comme l’illustration exemplaire de ce double mouvement. C’est parce qu’il a su rester silencieux lorsque David Chamberlain a proposé de nommer Lord Halifax comme premier ministre que Winston Churchill a finalement obtenu le poste.

La dernière partie du livre nous fait parcourir huit chemins pragmatiques du silence. D’abord il faut savoir faire appel à lui en reconnaissant qu’il peut servir à tracer notre ligne de vie. Il nous est suggéré de nous référer au Ted-X de Susan Cain sur la « force des discrets » pour en savoir plus. Ensuite il est possible d’apprendre à repérer ses multiples et subtiles significations pour mieux l’expérimenter. La troisième voie consiste à nous rendre compte que c’est une ressource polluée et qu’il y a de nombreux moyens pour nous désintoxiquer. Alors nous pouvons aller au cœur du défi que le silence nous pose : comment apprivoiser toute la liste de peurs qu’il éveille ? Du vide au jugement en passant par le manque, l’absence, la solitude, l’abandon, le rejet et la remise en question ? Une piste fructueuse : nous exercer à la frustration. Les trois chemins suivants sont emprunts de douceur : nous servir de l’art, les peintures de Hopper par exemple, dont il disait qu’elles lui permettaient de dire sans mots ; nous délecter du moment présent comme lors d’une marche lente ; nous rappeler que la nature est faite d’un silence amical. Enfin, le huitième chemin est celui de la spiritualité, la voie royale étant bien sûr celle de la méditation, qu’elle soit Vipassana ou Zen. La fin de ce livre peut donc être le début d’un autre : que diriez-vous de continuer votre chemin avec un bon guide parmi tous ceux qui ont été écrits ces dernières années et de faire l’expérience bénéfique du silence de la pleine conscience ?

Accès au texte intégral

#article