Recension de « Ils ont vécu le burn-out : Témoignages et conseils pour se reconnecter à soi » de Virginie Bapt et Agathe Mayer (Vuibert, 2020) / Thierry Nadisic

Il y a plusieurs façons pour un livre d’être utile : en nous informant sur un thème sociétal important et actuel, en nous racontant des histoires qui nous transportent, en nous donnant des conseils pratiques ou en nous aidant à nous retrouver. La rare qualité de ce livre est qu’il nous offre ces quatre bénéfices en même temps.

D’abord il apporte des réponses claires aux questions que nous nous posons sur le burn-out : d’où vient ce sentiment d’être atteint dans notre dignité, ce désintérêt pour ce que nous faisons et cette immense perte de sens ? Comment les personnes touchées et leur entourage en font l’expérience ? Comment en sortir ?

Ensuite il nous fait vivre dix histoires de burn-outs. Nous entrons dans l’intimité de Pierre, victime d’un patron manipulateur, de Jean-Yves, mis au placard, de Martin, boulimique de travail ou de Hannah dont le couple et l’activité sont en crise en même temps. Nous lisons comme des nouvelles à suspense ces témoignages recueillis par les auteurs tout en ressentant d’autant plus d’empathie que nous savons qu’elles sont vraies. Nous comprenons alors combien le burn-out, qui peut sembler être toujours la même chose, est en réalité à chaque fois une expérience singulière.

La plus grande utilité, sans doute, de ce livre est qu’il décrit avec clarté les mécanismes de reconstruction. Les témoignages eux-mêmes ne s’arrêtent pas aux difficultés : ils nous montrent la façon dont Martin a été sauvé par son amour pour la musique ou comment Alain, médecin qui ne prenait pas soin de lui-même, a appris à accepter ses vulnérabilités et à apprivoiser le temps. Surtout, il nous permet d’entrer dans le cabinet du psy : chaque témoignage d’une victime de burn-out est suivi par celui de son thérapeute. Nous découvrons la stratégie de soin suivie et la manière dont le patient a avancé vers la sortie. De nombreux conseils utiles ponctuent ces descriptions : prendre garde aux signaux d’alerte, choisir ses combats, se raccrocher à la vie… Enfin, ce qui rend la lecture de ce livre profondément satisfaisante, même si nous n’avons pas vécu de burn-out, c’est que nous sommes en permanence renvoyés à nous-mêmes. Qu’est-ce que nous ne voulons pas voir lorsque nous disons que nous n’avons pas le choix, qu’il faut continuer, même si c’est dur et que notre santé en pâtit ? Où sont nos priorités ? Quel type d’équilibre avons-nous construit dans notre vie ? Pouvons-nous apprendre à mieux respirer ?

Accès au texte intégral

#article